Les huitres perlières


Pourquoi parler de nacre à la Pointe des Pêcheurs ?
En 1957, arrive à Tahiti un nouveau vétérinaire qui  habitera à la Pointe des Pêcheurs. Ce vétérinaire, Jean-Marie Domard, âgé de 30 ans,  fut responsable à Tahiti du repeuplement nacrier des lagons.
On peut trouver des huîtres perlières à la Pointe des Pêcheurs, comme dans tous les lagons de Polynésie, mais leur taille n’excède pas 2 à 3 cm ; ce qui veut dire qu’elles ne réussissent pas à atteindre l’âge de 1 an, où elles pourraient mesurer 6 à 7 cm. Naturellement, elles pourraient même atteindre plus de 20 cm et vivre une vingtaine d’années. En 1961, 200 huîtres du lagon de Puna’auia sont greffées  sans succès avec des nucléus.

Pourquoi repeupler les lagons en huitres ?
La nacre Pinctada margaritifera, var. cumingii, après avoir été le deuxième produit d’exportation derrière le coprah avant 1900, est menacée d’extinction dans les années 1960.

Est-ce que cette ressource était importante?
Le commerce a été prospère mais la  surexploitation  de la  nacre a épuisé les stocks. On exportait, au début du siècle, environ 1500 tonnes de nacre par an. On pensait à réglementer la pêche mais il y avait 4500 plongeurs de pintadines qui vivaient de ce commerce. Rappelons qu’en 1952, sur 47 atolls producteurs, seuls 6 recèlent un stock nacrier élevé. Enfin, en 1970 on arrive difficilement à exporter     10 tonnes pour l’ensemble des atolls puis 2 tonnes en 1980.

A quoi servait toute cette nacre ?
L’activité nacrière aura duré près de deux siècles, puisque le commerce d’exportation à destination de l’Angleterre et de l’Australie a débuté en 1802. C’est principalement l’industrie des boutons de nacre qui utilise ce matériau, mais il sert aussi en marqueterie et en ébénisterie. Dès 1957, arrive sur le marché le bouton en polyester.

Comment a-t-on sauvé les bivalves nacriers de leur disparition programmée?
Plusieurs moyens ont été mis en œuvre. L’importation de nouveaux coquillages nacriers : les trocas en 1957 et les burgaus en 1967. On a aussi développé l’aquaculture à des fins de perliculture en collectant des naissains.

Quel a été le rôle du Service de la pêche ?
En 1962, le chef du Service de la pêche, Jean-Marie Domard, fixe tous les quatre ans des quotas de production de nacre par atoll et par secteur. C’est le début des premières réglementations pour protéger les ressources.

Est-ce que les Polynésiens utilisaient les nacres et les perles dans leur culture ?
Au Musée de Tahiti et des Iles, on peut voir des hameçons et un costume de deuilleur ainsi que les perles et les nacres qui embellissaient les parures de fête dans les temps anciens. En général, les perles ne sont pas percées mais liées par un tressage de cheveux.  En 1828, 28000 perles naturelles sont exportées de Tahiti vers l’Angleterre.

 Qu’est-ce qu’une perle exactement ?
La perle est la seule gemme minérale issue du règne animal. Elle peut se trouver naturellement dans des bivalves. Les «poe pipi», perles naturelles jaunes dorées sont parfois trouvées dans les Pinctada maculata. Les perles fines noires ou keshis sont issus de Pinctada margaritifera var.culingii.

 Quand a-t-on eu l’idée de greffer les nacres ?
En 1890, Kokichi Mikimoto commence au Japon les premières greffes, mais c’est seulement en 1904 qu’une perle sphérique est produite artificiellement.

Comment la nacre produit-elle une perle ?
Naturellement, le bivalve enrobe les intrus, les corps étrangers, grains de sable par exemple, dans des couches de nacre, pour s’en protéger. Sur les millions d’huîtres perlières qui se trouvent aux Tuamotu au XVIII°s, les perles naturelles étaient, potentiellement,  rares.

Pour que le phénomène se produise artificiellement, il faut introduire un fragment de manteau et un nucléus dans la nacre : c’est ce qu’on nomme une greffe.



Comment ces nacres ont-elles été greffées ?
Le greffeur japonais Churoku Moroi a effectué des greffes sur 827 pintadines,   dont 276 produisent des perles sphériques. Quarante années plus tard ce sont dix tonnes de perles de culture qui sont exportées. Une aventure étonnante !

Comment est née la perliculture en Polynésie? 
Il y a plus de cinquante ans, en août 1961,  la perliculture est née à Hikueru. Les premières perles de culture ont été exportées à partir de 1978. Les exploitations perlières en 2011 se faisaient sur une surface de 10 000 hectares dans de nombreuses îles. Cette activité est à présent réglementée par la délibération n°2005-42 APF du 4 février 2005.

En 2011, la Maison de la perle a célébré les quarante ans de “L’histoire de la perle à Tahiti”. Un ouvrage écrit par Patrick Seurot permet de résumer l’essentiel de l’aventure.  Nous avons aussi consulté ”Huître perlière et perle” sous la direction de Marcel Le Pennec de l’Université de la Polynésie française. Mais n’oublions pas de mentionner le naturaliste L.G. Seurat.

1 commentaire:

  1. Avec les perles d’huîtres il est possible de réaliser de magnifiques Bijoux fantaisie bordeaux

    RépondreSupprimer